vendredi 15 septembre 2017

Au bout du monde



Lorsque le bruit m’envahit et que la respiration devient saccadée, je m’enfuis alors au bout du monde. 

Aux confins de l’île, la petite maison accrochée aux rochers coule des jours heureux. Toute de pierres vêtues, elle s’ébroue avec joie chaque jour, quel que soit la couleur du ciel au-dessus de sa toiture : soleil, pluie et vent sont ses compagnons depuis qu’elle est née à la surface de la terre. Ses yeux-fenêtres regardent par-delà les arbres et plongent dans les profondeurs de l’eau bleue pour admirer la danse des poissons argentés. Et ses oreilles-cheminées saisissent le bruit du petit torrent qui se jette avec bonheur dans les bras de l’amante salée. 

Après un voyage parmi les nuages cotonneux, le vent me dépose délicatement dans la petite allée bordée de fleurs multicolores et je m’avance afin de pousser la lourde porte de la coquette demeure. Mes yeux doivent s’habituer quelques minutes à la pénombre qui règne dans le couloir. Franchissant alors quelques pièces sur la pointe des pieds, j’arrive enfin dans un salon chargé d’histoire dont la grande baie vitrée donne sur l’infini de la mer. Au mur, de vielles photos jaunies par le temps me rappellent les fabuleuses parties de pêche aujourd’hui disparues. Tous ces visages respirent la terre et la mer dans cet île oubliée et me sourient à travers les cadres de bois.

Je m’installe dans un lourd fauteuil qui grince un peu, juste assez pour me faire remarquer que je viens de le réveiller. Dans la cheminée crépite un feu dont les effluves emplissent toute la pièce et la chaleur qui s’en dégage m’enveloppe peu à peu. Un petit chat dort tranquillement, installé confortablement sur un coussin. Rêvant sans doute d’escapades nocturnes lorsque les hommes se taisent et que le monde entier lui appartient, ses moustaches bougent imperceptiblement.  Sur la table en bois massif repose un tricot inachevé, dont les aiguilles attendent patiemment de reprendre leur ouvrage de laine écossaise. Laissant échapper le fumet d’un breuvage épicé, une théière en fine porcelaine et quelques biscuits m’invitent à faire une pause bienvenue. 

Personne n’est là pour m’accueillir et pourtant je sais comme à chaque fois que je suis ici chez moi, depuis la nuit des temps. 

Respirant profondément, je déguste lentement le thé qui me réchauffe le cœur et l’âme et une quiétude m’envahit lentement alors que la vieille pendule imperturbable égrène les heures. Tendant l’oreille, je perçois la symphonie des vagues qui viennent mourir langoureusement sur le sable de la baie. Mon regard se perd alors dans la contemplation de la mer dansant devant moi et j’embarque dans des rêves merveilleux, parcourant les océans, volant en compagnie des goélands et me chargeant de mille senteurs iodées. 

Il n’y a plus de temps. Ni d’avant, ni d’après car tout est présent. Naviguant au-dessus des flots sur mon vaisseau rapide, je découvre des pays inconnus, qu’aucun autre voyageur n’a connu avant moi et mon escapade se leste de magie, m’emportant aux confins de l’univers.

Oui. Quand la lutte pour passer les obstacles devient trop épuisante, je me laisse emporter parfois dans la petite maison du bout du monde et je disparais de la surface de la terre, le temps d’un périple imaginaire qui m’élève au-delà des turpitudes de la vie.


Dédé © Septembre 2017

100 commentaires:

  1. Bonjour Dédé,

    Voici une maison où il fait bon se réfugier, car l'on y trouve réconfort, et peut-être même le bonheur... Sera-ce là votre demeure ?

    Que votre week-end soit aussi paisible que le séjour imaginaire de votre beau texte. Au revoir Dédé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Monsieur aux grandes oreilles. Ma maison? Je l'avais trouvée très belle lorsque je l'avais découverte, tout au Nord d'une superbe île balayée par les éléments. Il avait plu et ensuite un franc soleil était venu tout sécher et puis ensuite, la pluie et le vent étaient revenus me rendre visite. J'aime ces contrées lointaines, où la main de l'homme se fait discrète et où la nature règne encore en conquérante. J'ai imaginé l'intérieur de la maison et la fenêtre qui donne sur la mer. Mais nul doute que dans ma maison, (si une fois j'en ai une bien à moi...), il y aura une grande fenêtre d'où je pourrai contempler le paysage (qui sera sans doute alpin) et il y aura un chat qui dormira. Et peut-être d'autres animaux. :-))
      Je vous salue mon cher Monsieur aux grandes oreilles et vous décerne une médaille d'or car ce matin encore, vous êtes le premier à venir me rendre visite.

      Supprimer
  2. magnifique on se laisse emporter dans ce rêve de plénitude ... bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Chris! J'aime bien rêver. Cela permet de s'échapper... un peu. Belle journée à toi aussi et bises alpines. Et bonjour à Nénette.

      Supprimer
  3. Bon jour Dédé,
    Un petit coin de paradis que cette maison du bout du monde, et tu en parles merveilleusement bien.
    Une escapade imaginaire est parfois bénéfique.
    Bises et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Pascale. C'était effectivement le paradis. Ah! Si j'avais beaucoup d'argent et un jet privé, j'aurais un chalet à la montagne avec vue sur des sommets enneigés, une petite maison dans le Sud de l'Italie (Sicile ce serait bien...), une grande ferme dans le Montana, une maison en pierre dans le Nord de l'Europe (comme celle-ci) et peut-être aussi une petite cabane au bord du Saint-Laurent. ;-) C'est bien de rêver non? Bises alpines et belle journée.

      Supprimer
    2. Il faut jouer au loto, ma chère Dédé. lol

      Supprimer
    3. C'est vrai que je devrais commencer à jouer. :-)

      Supprimer
  4. Un endroit bien tentant....
    Bonne journée. Au calme pour grandir en sérénité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou! Le calme est tellement important pour se retrouver, se recentrer. Et entendre un petit chat qui rêve, cela ouvre un espace de sérénité. ;-) Merci de la visite et belle journée. P.S. Ah oui, n'hésite pas à prendre le tricot!

      Supprimer
  5. Ces parenthèses qu'on appelle bonheur et qu'on aimerait plus nombreuses...Bon voyage sur "l'île" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Claude! Contente de ton commentaire. J'ai l'impression que tu viens parfois me rendre visite et que tu repars sur la pointe des pieds. ;-) Oui, une parenthèse de bonheur, des instants suspendus, des rêves éveillés, on a tous besoin d'une petite maison au bout de nulle part dans laquelle se réfugier quand tout va de travers dans nos existences si bousculées. Merci de ta visite et belle fin de semaine sur les sentiers de randonnées valaisans ou ailleurs. Bises alpines.

      Supprimer
  6. Hello la Suisse ����
    Bonjour Dédé
    En voilà une maison poussée dans une contrée sauvage mais où règne la douce solitude des jours heureux... Se laisser porter par la chaleur et le crépitement du feu, ses senteurs de thé brûlant et la tendresse que l'on ressent.
    Qu'elle est jolie ton imagination et ta destination de voyage ��
    Je te souhaite une belle semaine
    Bisous ♥️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Michèle. Mon imagination me transporte parfois bien loin mais les voyages pour y arriver sont merveilleux. Et puis retrouver le petit chat qui dort sur le coussin, c'est toujours un grand moment de tendresse et de bonheur. Je t'embrasse et te souhaite une belle journée.

      Supprimer
  7. J’ai toujours pensé qu’on portait tous une cabane au fond de soi. Un lieu – imaginaire ou pas – où on se sentirait bien, en sécurité, un lieu reposant, hors des soucis et des tracas. Cette « cabane » ou petite maison, on s’y réfugie les nuits d’insomnie, durant les périodes de tempête. C’est un nid, une coquille, un abri. Et peut-être qu’on n’arrête pas de la rechercher en vrai, pour y habiter toute la vie. La force de notre imaginaire, c’est de pouvoir nous y transposer à chaque fois que nous en avons besoin. Merci pour la photo. Je découvre que ta maison a quelques similitudes avec celle que j’habite et qui m’habite lors de mes rêves éveillés. Belle journée ! D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Dad. Ma cabane est multiple. Parfois, je la situe au bord de la mer, avec le cri des mouettes et des goélands, le bruit du ressac, la vue sur l'infini et puis d'autres fois, je la mets au sommet d'une montagne, seule au monde, avec juste la vue sur les 4000mètres. Avec de la neige qui tombe et les flocons qui scintillent. Cela dépend de mon humeur. Mais il est sûr que mes cabanes me permettent de m'échapper un peu. Mais j'espère que je vais bientôt avoir une cabane plus fixe, qui deviendra réelle dans le temps. J'aurai peut-être ainsi moins l'envie de naviguer dans mes imaginaires, quoique.

      Si ta maison ressemble à celle-ci, alors elle est bien jolie. ;-) Je t'embrasse. Et belle journée.

      Supprimer
  8. Coucou Dédé.
    Tout d'un rêve dans la brume du réveil matinal...
    Superbe l'image!
    Bises bon weekend, A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Daniel fidèle. On se réveille mais on continue de rêver. C'est beau quand même non? Je t'embrasse et merci pour le compliment concernant l'image. Belle journée et belle fin de semaine.

      Supprimer
  9. C'est une sorte de retraite, de lieu que tu as décidé être le bout du monde, et qui est le bout de l'agitation du monde pour toi. Le ventre d'une grosse pendule qui ne bat que le temps présent, celui qui ne passe pas, ne projette pas, ne regrette pas... L'instant.

    Bonne retraite, bonne berceuse sur les genoux du vieux fauteuil....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Edmée. J'ai toujours aimé les grosses et vieilles pendules qui égrènent le temps présent. Sans doute qu'elles me rappellent celle qui trônait dans le salon de mes grands-parents maternels et qui me chantait les heures quand j'allais leur rendre visite. Et j'aime bien aussi les gros fauteuils dans lesquels on peut se lover en regardant le paysage à travers la grande baie vitrée. Bises alpines et si tu veux, je te garde une place dans le salon. ;-)

      Supprimer
  10. Bonjour Dédé,

    Il est important d'avoir un endroit secret, un lieu bien à nous ou nous pouvons nous retrouver en toute quiétude. Pour ma part, la nature est mon berceau.

    Bises et bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Caroline. La nature est aussi mon berceau mais parfois, j'aime bien aller me réchauffer au coin du feu, surtout quand le vent froid souffle et que la pluie menace. Ce qui était le cas le jour où j'ai pris cette photo. Merci de la visite et belle journée. Bises alpines.

      Supprimer
  11. Coucou Dédé. J'ai bien sûr savouré ton texte jusqu'à la dernière goutte et ta photo comme quelques mots dans le texte, m'ont replongée dans les Highlands où j'ai un ami et où j'ai eu la chance de passer pas mal de temps durant quelques années pour des périodes pas très longues mais où j'ai, parfois, cru reconnaître ta petite maison dans la lande face à la mer. C'est comme toujours avec toi joliment écrit, une plume que j'apprécie et qui entraîne dans tes rêves. C'est beau les rêves, qu'ils soient dans le sommeil ou éveillés. Merci pour ce joli moment et une bise entre Bretagne et montagnes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Marie. Le tricot avec la laine écossaise! ;-) Tu as raison, la petite maison se situe bien là-bas. Et j'ai adoré ce coin du monde, balayé par les vents, ravagé par la pluie et soudain le soleil qui apparaît et qui donne des couleurs absolument extraordinaires à la mer et aux landes. Cela fait du bien de rêver et j'aime beaucoup regarder les photos de mes anciens voyages qui me permettent de m'évader. Je t'embrasse et belle journée. Bises résolument alpines. ;-)

      Supprimer
  12. un endroit de rêve que tu devrais nous faire visiter mais serait il aussi merveilleux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On pourrait faire des parties de cartes, boire des apéros avec Daniel, jouer au cerf-volant mais aussi savoir s'y reposer et retrouver le silence. T'es capable de ne pas parler? :-))

      Supprimer
    2. Bergson aurait il la réputation d’être un grand bavard ?

      Supprimer
    3. Un grand bavard. Et un grand fêtard.(Ça rime)

      Supprimer
  13. Ça donne vraiment envie de s'y installer. Une maison chaude et accueillante. Joliment écrit aussi. Merci pour ce partage des mots.
    Bonne journée à vous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et le thé y est très bon. Ne parlons même pas des petits biscuits, faits maison avec du beurre. Ils fondent dans la bouche et le goût est tellement merveilleux qu'on en reprend un 2ème et un 3ème. :-) Merci de la visite et belle journée aussi.

      Supprimer
  14. Une maison , à soi imaginée, qui ne coûte rien, mais qui rapporte du plaisir : celui du rêve et des mots partagés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Miss. Et le voyage ne coûte rien pour y aller. Pas besoin d'attendre dans les aéroports, de scruter le tapis roulant pour voir arriver la valise qui certaines fois n'arrive jamais et de se retrouver coincée dans un avion à côté d'un type qui ronfle. Alors oui, la maison ne coûte rien et je peux la faire visiter aux amis. Il y a déjà Bergson qui veut venir. ;-) Bises alpines.

      Supprimer
  15. ...je suis encore au billet de l'autriche... magnifique ! un salut de l'italo-austrio-suisso et une grosse bise du sud !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as effectivement du retard. Allez, allez. :-) Bises à l'Italo-austrio-suisso. Un doux mélange quand même.

      Supprimer
  16. Pas facile de trouver des solutions pour affronter les soucis sans les occulter . Toi, tu as un refuge et c'est déjà bien que tu puisses t'y rendre pour faire le point mais aussi savourer l'authenticité des lieux.
    Je pense à toi.....même si elles ne sont pas marines......ondes positives.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois, comme le disait Dad plus haut, que nous avons toutes et tous une maison imaginaire dans laquelle se réfugier. Quand elle n'est pas imaginaire, c'est encore mieux. Mais les rêves sont importants car ils permettent de s'évader des soucis quotidiens. Merci de ta visite et des pensées. Bises alpines.

      Supprimer
  17. Tellement beau, et cette maison est superbe! Bise, bon vendredi dans la joie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Maria-Lina. Bon vendredi à toi aussi et bises.

      Supprimer
  18. Je me suis laissée emportée par tes rêves chère Dédé dans ce magnifique lieux où tout est calme et entendre le crépitement des bûches avec le petit chat tout à côté.
    Quel bien cela fait de s'évader de cette vie trépidante.
    Ta photo est merveilleuse. Je te laisse pour continuer mon rêve. Merci Dédé.
    Gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Denise. Le petit chat est indispensable pour rendre le rêve encore plus chaleureux. ;-)Alors bonne continuation dans le rêve ma chère et bises alpines.

      Supprimer
    2. Oups... il faut lire "lieu"!

      Supprimer
  19. Une île coupée du monde. Le silence bercé par le murmure des vagues. Loin de tout, du brouhaha, des ennuis...Rien de tel pour se ressourcer.....Après il faut replonger dans le flot de la vie, cette vie parfois difficile mais un sacré espace d'apprentissage !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Daniel. Si on peut se ressourcer, la vie trépidante est plus facile à supporter je crois bien. Reste à savoir se ressourcer à tous moments. On n'a pas toujours la fameuse petite maison à portée de nous. Merci de la visite dans la petite maison et belle fin de semaine.

      Supprimer
  20. Je t'ai suivi dans cette maison, me suis assise avec toi et j'ai presque senti l'odeur du thé chaud

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est bon le thé. Chaud comme il faut avec des notes épicées.

      Supprimer
  21. Envoûtant, magnétique, ce lieu ne peut qu'attirer. On se laisse partir entre la mer, la terre, le bruit du petit torrent, les vagues, les nuages, tout devient flou, on s'assoupit avec le thé. Même moi je me laisse ensorceler par le chat... c'est peu dire. Communion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention de ne pas t'assoupir trop longtemps car le thé va refroidir. J'aime bien l'expression "tout devient flou". Oui. Tout se mélange. Le torrent et la mer, le soleil et la pluie, les nuages et le vent. Bises alpines.

      Supprimer
  22. Qu'il est beau ce bout du monde. Rassurant.
    Le visiter avec toi est un bonheur unique que je suis heureux d'avoir lu.
    Belle au bout du monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de m'avoir accompagnée. Mais au vu du nombre de commentaires et de visiteurs, nous allons être pas mal dans la petite maison. Il va falloir trouver des fauteuils supplémentaires. Bises!

      Supprimer
  23. même isolé le bout du monde a du charme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Je dirai plutôt: surtout isolé le bout du monde à son charme. 😊

      Supprimer
  24. Il est bien beau ce manoir du bout du monde, solide comme un roc et plutôt coquet. Effectivement le genre d'endroit où il fait bon se ressourcer. Tes mots habillent ses murs de tous les attraits d'une vie douce et sereine. Un merveilleux songe très agréable à recevoir. Merci Dédé, et n'oublie pas ... les charentaises ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui! Je veux bien les fameuses charentaises pour être encore plus confortable. Ce serait vraiment...le pied si tu pouvais me les apporter. 😊 merci et bises alpines.

      Supprimer
  25. Si joliment respiré ma chère Dédé... heureuse de retrouver tes mots si poétiques... je reviens douce-aimant sur l'Etoile Âmie, et te réponds bientôt sur ton courrier qui rejoint le bout du monde.
    Bisou d'ici rasséréné.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma belle. Contente de te retrouver ici et ailleurs au hasard des blogs amis. Merci pour ta visite et je te sers une bonne tasse de thé pour nous réchauffer en ce dimanche tout froid. Bises alpines.

      Supprimer
  26. Quelle magie dans tes mots, Dédé, la poétesse. Tu égrènes chaque mot comme si tu posais des cailloux à chaque centimètre arpenté vers ta maison de pierre. Ta façon de décrire ces lieux magnétiques est prodigieuse. Ton escapade est comme un beau pèlerinage vers tes souvenirs d’enfance où tu recueilles apaisement et enchantement.
    Ravi de te lire
    Bises enchantées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou mon cher poète. Ce sont des souvenirs d'enfance mêlés à des souvenirs d'un voyage plus récent. Cette île du bout du monde, je l'ai vraiment admirée et je m'en suis fortement imprégnée. Et je m'en souviens comme si c'était hier. Elle revient constamment dans mes rêves et aspiration de voyage. Je t'embrasse fort.

      Supprimer
    2. Quelle est donc cette île au bout du monde qui me trémousse mon imagination ? Il doit faire bon y vivre pour les muses, quand je vois comme tes mots coulent fluidement et paisiblement. Bisous rêvés, chère Dédé

      Supprimer
    3. Coucou mon ami. Il s'agit de l'île de Skye. En Ecosse. Une magnifique région très austère, balayée par les vents, propice aux rêves et à l'évasion. Bisous!

      Supprimer
    4. Ah! voilà un pays que j'aimerais visiter, j'ai toujours aimer l'Ecosse, à travers ses écrivains, bien sûr le grand Walter Scott, un peu plus léger, en policier et enquête Arthur Conan Doyle, et aussi J. Cronin pour la citadelle, roman magnifique que j'ai lu et relu et d'autres . On me parle beaucoup des Hyghlands, ces hautes terres qui traversent tout le pays. J'aurais certainement besoin de quelques informations puisqu'il y'a des lieux propices aux rêves, chère Dédé.
      Mille bises souriantes, ma chère poétesse.

      Supprimer
    5. Si je peux t'aider, dis-le moi. J'ai visité les Highlands et Edimbourg. C'était merveilleux pour moi qui aime tant les ambiances du Nord. Bises alpines.

      Supprimer
  27. Au bout du monde
    renouer avec la terre, la mer et le ciel
    retrouver l'essence de la Vie

    J'aime ces paysages de solitude
    où nous pourrions nous sentir seul
    et où pourtant nous ressentons bien une présence
    celle de l'Univers d'où nous venons

    Amitié Dédé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Pascal. J'aime aussi cette solitude qui nous relie pourtant au grand Tout de l'univers. Bises alpines.

      Supprimer
  28. une très jolie maison et décor paisible pour se ressourcer
    bon wk

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et un chat et du thé. Que demande le peuple? 😊 merci de la visite et bises.

      Supprimer
  29. On a tous un endroit qui nous console.
    Je suis toujours émerveillée par tes descriptions de lieux.
    Un don. Un art de vivre que je partage bien volontiers avec toi.
    j'espère que les nuages se dissipent...
    Bisous belle amie

    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou dame céleste. Quand j'aime un lieu, je l'observe intensément et je m'en imprègne. La photo me permet également de me souvenir très justement de l'impression vécue dans ledit lieu. Quand j'ai revu cette photo cette semaine en faisant du tri, je me suis rappelée exactement mes impressions. Et j'ai rajouté la théière pour nous réchauffer. 😊 Bises alpines.

      Supprimer
  30. À la lecture de ce rêve merveilleux, je me dis que tes textes méritent d'être adaptés en vue d'être publiés sous forme d'albums pour la jeunesse, ou bien de recueils poétiques. Reste à trouver un(e) partenaire de talent pour réaliser les illustrations :-)

    Ta manière de personnifier la maison a particulièrement retenu mon attention, j'aime ses "yeux-fenêtres" et ses "oreilles-cheminées". Dans "La Poétique de l'Espace" Gaston Bachelard écrit « La maison natale est plus qu'un corps de logis, elle est un corps de songes. Chacun de ses réduits fut un gîte de rêverie. »
    Et toi, chère Dédé, je sens que tu as sans doute beaucoup rêvé dans ta maison d'enfance et que c'est elle qui t'inspire de si beaux contes.

    Beau temps sur tes chères montagne, passe un bon dimanche, bises d'automne (frémissantes sous les averses !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma chère Tilia. C'est marrant. Je discutais justement la semaine passée de cette idée d'écrire des contes pour les enfants! Ce serait une expérience fantastique mais il faut trouver un dessinateur. Pas simple.

      De la maison de mon enfance, je me rappelle ma petite chambre. Véritable havre de paix, elle était l'écrin qui me permettait de rêver en lisant tout ce qui me tombait sous la main. Je suis persuadée qu'il est indispensable que les enfants puissent rêver en lisant. Et que les adultes leur racontent de belles histoires. Ce que faisait aussi ma maman. Merci pour la belle citation du Gaston et belle soirée. Ici aussi le temps est gris et froid et si je lève un peu les yeux sur la montagne, je vois qu'elle se couvre de neige. Brrrr. Bises alpines.

      Supprimer
  31. Bonjour Dédé, j'adore ces textes qui rendent la Vie plus douce, plus belle, avec une légère touche de nostalgie. Cette Vie prends alors tout son sens. Merci pour ce doux instant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jean-Pierre. Ton commentaire me touche beaucoup. Si je peux faire rêver les gens, c'est merveilleux! Bises alpines.

      Supprimer
  32. petit coucou à ma montagnarde préférée.. bon dimanche gros bisous

    RépondreSupprimer
  33. C'est un petit voyage qui doit être bien agréable à faire porté par des mots toujours légers et un rythme précautionneux.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très agréable voyage. Tu prends un billet? Mais dépêche toi! Il y a la queue au guichet de l'agence. 😊

      Supprimer
  34. Quelle douceur. Comme dans un rêve. Et le rêve est là, toujours présent, discret, palpable, fidèle. Tu vis dans le rêve, tu rêves dans l'écrit. C'est merveilleux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci l'ami. C'est si important de pouvoir rêver et de s'évader de temps en temps de ce monde si agité. C'est pour cela aussi que je fais de la photo. Fixer une image dans la mémoire et broder une histoire autour. Merci de ta visite et de ton enthousiasme. Bises alpines et belle semaine.

      Supprimer
  35. Coucou Dédé.
    Quiproquo: Notre petite fille qui à adopté la Suisse du moins momentanément... enfin... bref... ses parents qui revenaient d'une visite chez elle nous ont rapporté des "meringues à la crème de Gruyère" tu n'aurais pas comme nous cru un instant qu'elles étaientt au fromage... lol
    Bises, belle semaine, A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MDR...c'est vrai que cela peut prêter à confusion pour qui ne connaît pas la spécialité. J'espère que vous avez apprécié ce bon dessert mais ma foi pas très digeste...et quand on sait que les Fribourgeois mangent ce dessert après une bonne fondue! 😁 bises et belle semaine aussi.

      Supprimer
    2. Pour nous le dessert fut après un copieux "Pot au feu"... lol
      Ce n'est pas tout, notre fils a beaucoup insisté sur l’existence du "Lac de Gruyère" !!! mdr
      De là à croire que les suisses puisaient dedans pour faire leur fondue...
      😁 😁 😁 😁

      Supprimer
    3. Le lac est bien réel mais c'est un lac artificiel. Pas de quoi remplir un caquelon à fondue. 😊 par contre il y a un très beau château dans la région.

      Supprimer
  36. Comme toi je vais tenter de disparaître de la surface de la terre, un instant béni, avec un thé fumant mais sans la cheminée, mais si, elle sera là dans ma tête, devant ce bon feu à côté de ma Mamée qui ne parlait pas ou si peu, qui écoutait compter le temps, j'étais une jeune-fille qui ne savait rien de la vie, de ses souffrances, ses traitrises, ses manques, ses douleurs, ses pourquoi... Oui, pourquoi, pourquoi le monde est-il si dur, parfois c'est vraiment trop...
    Je t'embrasse Dédé, merci pour ce moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Marine. Cette vie est parfois si belle et d'autres fois, c'est tout l'inverse. C'est pour cela qu'il faut se ménager des espaces de rêves tout douillets. Pour y puiser la force nécessaire pour vaincre les pourquoi. Bisous et prends bien soin de toi.

      Supprimer
  37. J'ai moi aussi un bout d'Italie imaginaire où m'attend un verre de Vermentino...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah... tu me sers un verre stp? Le thé, c'est bien mais le Vermentino, je signe! Merci de la visite mon cher loulou. Belle semaine à toi et bises.

      Supprimer
  38. Comme à l'accoutumée, une image qui fait rêver, un lieu bien réel que tu transcendes avec tes mots ♥♥ J'aime beaucoup la citation de Bachelard rapportée par Tilia, elle colle bien à ton texte, elle colle bien à toutes nos rêveries d'enfance...Même adultes, nous y avons droit, c'est vital un tel séjour :-) Bises au chat qui t'accompagne au pays des rêves. Bises à toi pour une semaine douce, et belle !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Dame Fifi! Il faut toujours accorder une place aux rêves...Ils sont essentiels à notre équilibre. Et promis, je vais faire un petit bisou sur la tête du chat qui m'accompagne. Il ronronne déjà. ;-) Merci de ta visite et belle semaine à toi aussi. Bises alpines.

      Supprimer
  39. La richesse de votre imagination vaut tous les voyages....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci le cascadeur. Voyager en esprit est déjà tout un programme. ;-) Belle semaine.

      Supprimer
  40. Je comprends combien tu as dû bien te sentir dans cette petite maison, et combien tu as besoin d'y retourner, ne serait-ce qu'en rêve, ma chère Dédé. Un très joli billet, qui me parle (je pense à ma petite maison bleue).
    Bonne soirée, et de gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Françoise. C'est vrai que ta petite maison bleue doit aussi être très ressourçante. J'ai beaucoup aimé les photos que tu as mis sur ton blog la concernant. C'est un vrai petit paradis. Merci de ta visite dans ma petite maison et bises alpines.

      Supprimer
  41. Coucou ma Dédé !
    En lisant le com de Fifi, je suis remontée à celui de Tilia, qui a tout dit.
    J'aime beaucoup moi aussi tes "yeux-fenêtres" et tes "oreilles-cheminées", il fallait y penser à ces images composées.
    Il est nécessaire de rêver pour contrebouter la réalité. Et toi tu y réussi à merveille.
    Et puis, tu sais accompagner tes super beaux textes par de super belles photos.
    Bises Sarthoise ma Dédé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mince alors ! J'ai oublié un s à réussi.

      Supprimer
    2. Coucou ma Claude. Rêver pour dépasser la réalité. Pas toujours simple. Il faut garder une âme d'enfant et dans le monde qui nous entoure, c'est souvent difficile. Merci pour ta visite et tu reprendras bien un thé et un biscuit. Bises alpines. ;-)

      Supprimer
  42. Et pourquoi ce rêve ne se réaliserait-il pas un jour?
    Je te le souhaite,
    bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. C'est vrai que ce rêve pourrait se réaliser, mais je crois, que si je devais choisir entre la mer et la montagne, je prendrai la montagne, elle est plus proche de moi et le rêve est donc plus facile à réaliser. Merci de ta visite dans la maison des rêves. Bises alpines.

      Supprimer
  43. Un bien bel endroit et un joli texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de la visite Dom! Et belle journée.

      Supprimer
  44. Réponses
    1. Tant mieux. On va arrêter avec le thé et prendre un apéro? 😁

      Supprimer