vendredi 8 décembre 2017

Au-delà des brumes



Il y a des jours où tout est opaque. Des pensées furtives et sombres s’entrechoquent les unes aux autres et finissent par serrer le coeur. L’esprit ressasse les mêmes maux et tourne inlassablement, comme un tourbillon de foehn s’engouffrant entre les chalets de bois lors des tempêtes hivernales.
 
Ce jour-là, frissonnant de froid, je me sens soulevée au-dessus du monde comme une pauvre barque abandonnée en pleine mer, dérivant dans une tempête la ballottant comme une feuille morte. Au-dehors, le vent rugit entre les mélèzes nus et fait vaciller sur leurs troncs les sapins touffus trop orgueilleux. Sa plainte est stridente, comme une voix humaine qui crie sans fin par-dessus la vallée.  Dans ce décor glacial, quelques flocons impétueux font alliance le temps d’une seconde pour s’enrouler autour des arbres et tisser un voile blanc éphémère qui recouvre brusquement les branches tremblotantes.
 
Au fil des heures, le cœur en émoi, j’écoute les rafales autour de la maison. Je ne sais s’il faut sortir pour goûter à la tempête ou si rester immobile est plus propice à échapper à ce qui m’étreint au plus profond de moi. Mes pas vont de la chambre à la fenêtre et je ne cesse de m’interroger sur cette douleur sourde qui monte au fond de ma gorge. 
 
Ces sommets que je distingue au loin, au-delà du brouillard blanc et intense qui s’amuse à tout ensevelir jusqu’à la petite mésange trop intrépide, me renvoient l’image d’une existence faite d’abîmes et de crevasses sans fin.
Il y a des montagnes dans nos existences que l’on ne gravit qu’une fois. Trop fières, trop rugueuses, elles écorchent les mains s’agrippant à leurs aspérités avec désespoir et labourent les cœurs trop naïfs, laissant un goût terreux dans la bouche lorsque la chute le long de la paroi précipite les espoirs dans l’oubli.
 
Ce jour-là, je tente l’ascension maintes fois, buttant toujours à la même aspérité, cassant mes ongles dans une faille que je croyais pourtant facile à dépasser. Chaque appui sur la roche représente un effort éreintant alors que l’atmosphère s’obscurcit et que le regard se voile. Et peu à peu le corps se dissout dans la montagne, disparaissant dans des volutes énigmatiques et happé par quelque chose de bien trop lourd à porter.
 
Tourmentée, je tente encore une fois de m’extraire des ténèbres m’entraînant vers le fond de l’abîme   et je me perds dans des tourbillons de glace. Mais alors que je crois m’enfoncer irrémédiablement, des raies de lumières jaillissent de nulle part et au loin sonne une cloche dont le son scintillant provoque alors une émotion intense trop longtemps contenue.
 
Les nappes de brume s’écartent alors pour laisser apparaître un paysage mystérieux, hésitant encore à sortir de sa torpeur. Et dans mon esprit, l’intuition de devoir laisser définitivement en arrière cette trop haute montagne qui s’est imposée dans tout le paysage de mon existence depuis des mois se dessine peu à peu.  Le ciel se pare de couleurs nacrées et douces pour me laisser entrevoir la conviction d’un autre lendemain.
 
Il y a des jours où la vie s’imprègne de tant et tant de chagrins que tout paraît terne et dépeuplé. Et après toutes ces errances, seul le crépuscule qui tombe doucement sur la terre donne une note d’espoir, déchirant un brouillard devenu si dense au fil des heures qu’il a précipité dans les crevasses des silhouettes erratiques et abandonnées.
 
Un tendre et timide flocon se pose délicatement sur ma main tendue vers l’infini. Et dans cet espace désormais serein chantent les oiseaux avant de s’endormir et s’allument les étoiles au firmament, sous les doigts bienveillants du veilleur de nuit. 



Dédé © Décembre 2017

vendredi 1 décembre 2017

Le petit bonhomme dansant



Je me réveille à l’aube, transi par le froid et recouvert de neige. Alors que le vent chantonne entre les troncs une vieille mélodie oubliée des hommes, je jette un œil vif aux alentours et je constate que tout est recouvert d’un épais manteau blanc, doux et ouaté.
 
Ployant sous le poids des flocons, les branches de sapins n’osent bouger et le chemin, encore reconnaissable hier, a disparu dans la tempête de la nuit.  Une mésange charbonnière volète entre les arbustes alors que mon ami l'accenteur alpin observe depuis son vieux hêtre cette scène hivernale, immobile et attentif à tous les bruits. Sentant mon regard posé sur lui, il tourne sa charmante petite tête vers moi et me fait un clin d’œil. Il s’envole ensuite et, virevoltant dans les arbres, il entraîne à sa suite toute une escadrille qui le suit joyeusement. La troupe improvisée s’installe alors gaiment sur la branche nue d’un mélèze triste d’avoir perdu ses dernières aiguilles durant la nuit passée. Afin de lui rendre son sourire et faire taire les rires moqueurs des sapins touffus et très orgueilleux, le petit peuple ailé débute un concert improvisé, se balançant en cadence sur le branchage. Écoutant avec attention la mélopée, mes jambes encore engourdies tressautent dans la neige et je commence moi aussi à danser en rythme. Je tourne sur moi-même, de plus en plus vite, riant aux éclats et mon chapeau rouge rebondit sur ma tête, manquant tomber à chaque pirouette.
 
Soudain, mes oreilles perçoivent un gémissement à peine audible et je fais signe aux oiseaux de se taire. Je me dirige alors vers l’endroit d’où surgit cette complainte et me penchant à terre, je vois une feuille qui pleure, recouverte de son linceul de neige. Interdit, je ne sais d’abord quoi faire. Mon cœur se serre car je pressens bien qu’elle ne va pas vivre encore très longtemps. Les oiseaux, se posant en chœur, forment alors un cercle bienveillant autour d’elle, diffusant une douce chaleur. La petite feuille ouvre les yeux et une larme glisse de ses yeux dorés. Retenant à grand peine mon émotion, je l’entoure de mes bras, la serrant très fort contre moi. Murmurant un « merci », elle rend son dernier soupir et son âme s’élève au-dessus du faîte des arbres. Tristement, les oiseaux et moi n’osons rompre ce silence religieux et seul le souffle du vent fait entendre sa voix dans la clairière endeuillée. C’est alors qu’un arbre se penche lentement vers moi et me dit d’une voix profonde : « Petit bonhomme, ne sois pas malheureux. Au printemps prochain, la petite feuille ressuscitera et d’un vert profond, je serai à nouveau recouvert, pour ton plus grand plaisir. Va et danse car la valse des saisons doit perdurer, c’est le vœu de Dame Nature et de tous les arbres de la forêt ».
 
Séchant mes larmes, j’enjoins les oiseaux de reprendre leur symphonie et bien décidé à braver le froid, j’invente une chorégraphie durant de longues heures afin de célébrer la beauté des cristaux scintillants et la mémoire d’une feuille morte. Et quand le crépuscule tombe doucement sur la forêt, je me sens infiniment heureux. Car il n’y a rien de plus beau que de vivre à l’ombre des arbres majestueux et de s’émerveiller à chaque nouvelle saison.
 
Si seulement les hommes pouvaient préserver ce don précieux que la nature leur fait.     

Sur mon chapeau
La neige me paraît légère
Car elle est mienne !

Nagata Koi (1900-1997)





Dédé © Décembre 2017

vendredi 24 novembre 2017

Rencontre





La neige a dansé un ballet gracieux et le vent a soufflé en fortes rafales, mettant presque à nu certains mélèzes dorés. Le matin suivant, les nuages gris sont repartis vers d’autres rivages et dans des couleurs éclatantes, le soleil a surgi au-dessus de la forêt purifiée.
 
Afin de m’extraire de mes pensées un peu sombres, je suis partie à la découverte de la blancheur encore vierge. Ces derniers temps, mon cœur peine parfois à respirer librement à cause d’un poids bien lourd, celui de ce passé encore si présent et qui m’empêche de percevoir l’avenir avec sérénité. Une escapade pour m’extasier devant les nouveaux cristaux de la saison représente donc le baume qui efface bien des fardeaux.
 
Personne en vue, juste le bois profond et moi, dans un franc face à face. Je décide alors d’ouvrir un chemin dans la neige en étant attentive aux mille bruits que la forêt chuchote et au crissement des raquettes. Le regard curieux du chevreuil se cachant timidement derrière un tronc de sapin m’observe et à mon approche, le renard rusé se cache dans les bosquets, non sans un salut majestueux de sa belle queue touffue.  
 
Je m’inscris dans ce présent en harmonisant la cadence de mes pas avec le souffle profond de la nature qui resplendit sous le soleil un peu pâle de novembre. La décision de l’endroit où vont me conduire mes pas m’appartient et je construis patiemment ma progression tout en pensant le mouvement et la coordination de mes membres.
 
Dans l’instant, en communion avec les arbres, les plantes sèches qui surgissent encore de la douceur ouatée et les vols furtifs des petits oiseaux, je repousse, d’abord avec effort puis avec une étonnante légèreté, le flot incessant de mes pensées. Celles-ci sont parfois comme des nuages noirs roulant par vagues et menaçant de m’envahir dans une tempête rugissante. Mais là, elles deviennent volutes graciles et s’enfuient au firmament.
 
En pleine conscience, accueillant le moment présent avec bonheur, je m’éveille enfin de la torpeur des jours passés goûtant avec enchantement la lenteur de ma marche. Et un parfum bienfaiteur m’enveloppe peu à peu, celui qui permet d’accepter ce qui est et qui ne peut être changé dans l’immédiat.
 
Contemplant le ciel et les vapeurs aériennes des nuées, je me confonds dans cette nature généreuse, à peine glacée par l’hiver naissant. Le gazouillis d’une petite mésange emplit les sous-bois de sa douce musique, s’élève au-dessus du faîte des arbres et, profitant d’une douce brise, elle franchira gaiement les frontières pour caresser de ses notes mélodieuses le cœur d’un enfant meurtri dans un lointain pays en guerre. 

Traverser ainsi la forêt, effleurer les écorces rugueuses des arbres presque endormis et repérer les traces d’un lièvre pressé m’ancre dans le merveilleux de ce paysage.
 
Au terme de cette rencontre scintillante avec la magie de la forêt me vient cette pensée furtive que j’essaie de retenir entre mes doigts serrés : il n’y a pas besoin de voyager très loin pour savoir naviguer au fond de soi-même et trouver la paix intérieure.
 


« Le miracle, c’est de marcher sur la terre », Tich Nhat Hanh, maître bouddhiste vietnamien


Dédé © Novembre 2017

vendredi 17 novembre 2017

L'immensité glacée



En octobre, j’ai admiré le flamboiement des arbres alentour et la prairie prendre des allures cuivrées. Il y avait je ne sais quoi dans l’air qui me ravissait et qui faisait frémir mes écailles. L’atmosphère était pure et les matins, je contemplais d’ardents levers de soleil sur les montagnes au loin. Selon moi, il n’y a rien de plus beau que ces traînées de rose et de violet peintes par l’artiste de l’aube et même les nuages semblaient eux-mêmes habités par un feu délicatement violacé. Se réveillant avec des exclamations de joie devant ce spectacle majestueux, les lutins de la forêt virevoltaient entre les troncs des arbres et fêtaient en riant les débuts grandioses d’un jour plein de promesses.
 

Puis la première neige est tombée, arrivant sans s’annoncer vers la fin du mois et saupoudrant avec délicatesse le tapis des feuilles mortes. Ayant l’habitude de ces apparitions précoces, je ne me suis pas trop inquiétée car l’automne d’or a repris rapidement ses quartiers. Ne s’avouant pas vaincue pour autant, la blancheur est revenue par petites touches mais à chaque fois, le soleil a scintillé de mille feux afin de la faire disparaître. 
 

Et il y a eu ce dimanche du mois de novembre. Mon réveil avait été délicieux car un vent chaud soufflait doucement, comme s’il voulait revigorer une dernière fois les socles des arbres presque assoupis. Au cours de la matinée, les rayons du soleil ont joué sur le petit sentier traversant la forêt mais un changement imperceptible s’est fait lentement sentir. Quelques rires étouffés ont retenti dans les bosquets et c’est alors qu’a surgi un farfadet bedonnant, coiffé d’un grand bonnet en laine, cachant ses grandes oreilles. Il était chaussé de bottes fourrées et sifflotait une mélodie d’hiver. En l’écoutant, j’ai compris que l’automne allait mourir dans les heures à venir et que la forêt s’endormirait pour de longs mois. La nostalgie s’est emparée de mon cœur, m’envahissant comme un souffle froid. Fermant les yeux, je me suis rappelée les petites mésanges du printemps chantant de joyeuses mélopées et les farandoles des insectes dans les prés de l’été.
 

Toute la journée, j’ai observé la course des oiseaux pressés de se mettre au chaud et j’ai désespérément hélé mon ami l’écureuil. Mais sa queue touffue et sa petite frimousse espiègle ne sont point apparues et je me suis retrouvée seule, perdue dans mes tristes pensées. Peu à peu, de sombres nuages ont envahi le ciel et soudain, une violente rafale a soufflé dans le sapin, me forçant à m’agripper de toutes mes forces à ma branche, secouée en tous sens. En l’espace de quelques minutes, l’obscurité a envahi le bois. Apeurée, je me suis recroquevillée et j’ai attendu la tempête que je pressentais au plus profond de mes entrailles. La neige est arrivée d’un coup, entraînée par de fougueux destriers invisibles, blanche et pure, ravie de danser entre les arbres et de recouvrir en très peu de temps la terre frigorifiée. Toute la nuit, il a fallu me battre pour résister et ne pas être emportée au loin, dans des contrées dont je ne connais même pas le nom. J’ai aperçu un rouge-queue fuir à tire-d’aile pour rejoindre sa cache et une biche et son faon traverser à toute allure le sentier afin de s’abriter.
 

Hurlant à mes pauvres oreilles puis chuchotant comme s’il était fatigué, le vent a soufflé de longues heures durant. 
 

Au matin, épuisée de ma lutte contre les éléments, j’ai enfin ouvert les yeux sur une immensité glacée.
 

Le premier bonhomme de neige de la saison se dressait fièrement dans la clairière et s’agitant à ses pieds, les lutins foulaient le tapis blanc en cadence en chantonnant en hommage à l'immaculée clarté J’ai frissonné, un peu triste de savoir que le froid allait régner en maître les semaines à venir.
 

C’est alors que quelques moineaux ont investi mon sapin pour me conter leurs dernières aventures et j’ai uni ma voix sylvestre à leurs conciliabules enjoués. Puis les notes de leurs pépiements se sont échappées pour s’éparpiller dans les sous-bois, secouant quelques branches chargées de neige et produisant une poudre blanche et brillante. 
 

Scintillement de la neige et douceur ouatée, c’est le renouveau de l’hiver. Et dans la forêt profonde retentit le silence des cristaux. 



Dédé © Novembre 2017